Archives de Tag: historien

Les historiens par eux-mêmes (quatrième séance)

La quatrième séance du cycle de conférences "Les historien(ne)s, par eux-mêmes" accueillera Jocelyn Létourneau, professeur titulaire au Département des sciences historiques de l'Université Laval. Ce cycle de conférences a pour objectif d'explorer la pratique historienne et la discipline historique de l'intérieur, autour des protagonistes de plusieurs horizons qui présenteront leurs parcours personnels, et réfléchiront sur les conditions, l'évolution et le rôle du métier d'historien.

La quatrième séance du cycle de conférences « Les historien(ne)s, par eux-mêmes » accueillera Jocelyn Létourneau, professeur titulaire au Département des sciences historiques de l’Université Laval. Ce cycle de conférences a pour objectif d’explorer la pratique historienne et la discipline historique de l’intérieur, autour des protagonistes de plusieurs horizons qui présenteront leurs parcours personnels, et réfléchiront sur les conditions, l’évolution et le rôle du métier d’historien.

Il est possible de rejoindre cette séance du cycle de conférences par visioconférence. Pour plus d’information écrire à histineraires@gmail.com

Le Goût de l’Histoire

Le 25 septembre prochain, de 12h à 13h30, DKN-5317, dans le cadre des rencontres départementales pour les étudiants gradués du Département des sciences historiques de l'UL "Le Goût de l'Histoire", M. Jocelyn Létourneau, membre chercheur du CÉLAT, parlera de son expérience d'historien public à partir d'une analyse de son dernier livre.

Le 25 septembre prochain, de 12h à 13h30, DKN-5317, dans le cadre des rencontres départementales pour les étudiants gradués du Département des sciences historiques de l’UL « Le Goût de l’Histoire », M. Jocelyn Létourneau, membre chercheur du CÉLAT, parlera de son expérience d’historien public à partir d’une analyse de son dernier livre.

Image

La Révolution tranquille comme lieu de mémoire (2010)

révolution tranquille jocelyn létourneau lieu de mémoire

Click to read

L’histoire comme passage

Jocelyn Létourneau, «L’histoire comme passage», Cahiers de la Fondation Trudeau, 4, 1 (2012), p. 43-61.

Dans ce texte personnel et exploratoire, Jocelyn Létourneau aborde une question délicate et périlleuse : comment, par la mise en récit de ce qui fut (ce qu’on appelle l’histoire), servir la cause de l’Homme sans desservir celle de la science ? Le postulat de départ est le suivant : il est plusieurs façons valides et valables de rendre compte de ce qui fut. Dans ce contexte, quelle histoire construire du passé ? L’argumentation développée dans l’article consiste à baliser l’espace réflexif de l’historien en reconnaissant à son travail interprétatif une utilité sociale modérée : celle de rappeler à quel point le passé est avant tout affaire de changement, ce qui restaure le pouvoir de l’espoir sur l’espoir des pouvoirs ; et celle de montrer à quel point, si on aborde le passé dans le foisonnement de sa diversité, il se présente comme un lieu de passages plutôt que de verrouillages, ce qui rappelle à quel point l’évolution humaine est affaire ouverte plutôt que fermée.