Archives de Tag: Identité

February 19 @ UQAM

In Montreal on 19 February, 2006 Trudeau fellow Jocelyn Létourneau, Canada Research Chair in Contemporary Political History and Economy in Quebec at Université Laval will participate in a lecture/debate entitled «De l’identité historique des nations à l’ère de la mondialisation», at the invitation of 2007 Trudeau felllow and Canada Research Chair in Globalization, Citizenship and Democracy Joseph Yvon Thériault and of the Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique.

Bibliothèque centrale, room AM-204, Université du Québec à Montréal

Source.

Enquêter sur les identités : quelles méthodes ?

Enquêter sur les identités : quelles méthodes ? // Mercredi 17 décembre – 14h30-17H00 // Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, Bordeaux Esplanade des Antilles, salle 2. // Jocelyn Létourneau, chaire d’histoire du Québec contemporain, Université Laval, « Je me souviens ? Le passé du Québec dans la conscience de sa jeunesse. Histoire d’une enquête menée auprès de 5000 jeunes Québécois »

Enquêter sur les identités : quelles méthodes ? //
Mercredi 17 décembre – 14h30-17H00 // Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, Esplanade des Antilles, salle 2, Bordeaux, France. // Jocelyn Létourneau, chaire d’histoire du Québec contemporain, Université Laval, « Je me souviens ? Le passé du Québec dans la conscience de sa jeunesse. Histoire d’une enquête menée auprès de 5000 jeunes Québécois »

Conférence à l’UQÀM le 19 février 2015

De l’identité historique des nations à l’ère de la mondialisation / Une conférence de Jocelyn Létourneau à l'UQAM le 19 février 2015

De l’identité historique des nations à l’ère de la mondialisation / Une conférence de Jocelyn Létourneau à l’UQÀM le 19 février 2015

Dans la revue Formation et profession

Recension du livre Je me souviens?

Depuis quelques années, l’enseignement de l’histoire fait l’objet d’un vif débat dans le système éducatif québécois (secondaire et collégial), notamment sur le plan des contenus des programmes, et précisément sur la place puis l’importance à accorder à la question de l’identité. Au moment où l’on s’interroge sur le passé du Québec dans la conscience des jeunes, nous pensons que le livre de Létourneau vient à point nommé. En effet, l’auteur tente de mettre la lumière sur les représentations que les jeunes Québécois se font du passé de leur société. L’ouvrage rend compte d’une recherche qui porte sur une problématique très actuelle et qui suscite beaucoup d’intérêt dans le champ de la didactique de l’histoire. Nous nous permettrons de produire ici une recension relativement courte du livre de Létourneau pour mettre un accent sur les dimensions essentielles de la démarche de recherche et sur les enseignements tirés de ses résultats.

Pour lire la suite…

Pour une révolution de la mémoire collective. Histoire et conscience historique chez les Québécois francophones

Pour une révolution de la mémoire collective. Histoire et conscience historique chez les Québécois francophones

Texte paru dans la première mouture de la revue Argument, à l’automne 1998.

Amener les Franco-Québécois à se souvenir d’où ils s’en vont est peut-être, pour l’intellectuel d’ici, la seule possibilité de penser les figures de l’impensable condition québécoise en sortant d’une épistémologie de la misère et de la mélancolie, sans pour autant cesser d’aimer le pays et les siens, mais en articulant décisivement leur devenir, c’est-à-dire leur conscience historique et leur recherche d’avancement, dans une idée autrement pensée et énoncée de la culture et du lieu, c’est-à-dire de la nation. Car ne nous y trompons pas : c’est dans l’invention d’un nouveau rapport à la culture, comme mémoire et comme horizon, que sera éventuellement redéfinie l’identité québécoise.

Le texte.

“What is to be done with 1759 ?” & “Remembering (from) Where you are Going » are now available

Remembering 1759: The Conquest of Canada in Historical Memory

“What is to be done with 1759 ?”, In Remembering 1759: The Conquest of Canada in Historical Memory, Philip Buckner & John Reid (Eds.), Toronto, University of Toronto Press, 2012, p. 279-302.

The title of this chapter is not meant sarcastically. It implies that the difficulty with 1759 is not historical in nature, haying to do with the event in and of itself, but ideological. What matters is the use people might make – or try to make -of the event in political terms, along with the consequences flowing from their efforts to do so. Put another way, 1759 is not a problem when considered as an event embedded in time or from the point of view of determining what happened in the past, but it becomes so when these past realities are used to create a collective identity and a common cause in the present. Accordingly, one can argue that 1759 does not belong primarily to a past that we might wish to study and understand, but, rather, to a present and a future that we might wish to shape and control. This distinction allows us a clearer perspective on the virulent debates that broke out in Quebec in the spring of 2006 and the winter of 2009. The first centred around the significance attached to the Conquest in a new history curriculum, while the second focused on how to commemorate the two hundred and fiftieth anniversary of the Battle of the Plains of Abraham. Each controversy in its own way highlighted how 1759 remains, despite the lapse of time, an event enshrined in the collective imagination of Quebec. Although it is possible to reinterpret the Conquest in a way that departs from the accepted canon, revisionism inevitably runs afoul of the fear of endangering a sense of identity to which the Conquest is foundational.

On 1759 and the future of memory in Québec, see also :

Contemporary Quebec

“Remembering (from) Where you are Going: Memory as Legacy and Inheritance”, In Contemporary Quebec: Selected Readings and Commentaries, Michael Behiels & Matthew Hayday (Eds.), Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2011, p. 730-754. 

The problem that concerns me, and for my examination of which the Report of the Task Force on the Teaching of History provides an ideal pretext, is the relationship of Quebecers of French-Canadian heritage to their past, a past seen as one of ordeals and sacrifices requiring an undying memory and necessitating reparation or redemption. It is through the memory of a difficult, sometimes tragic past that the relationship of these Quebecers to the world, to « others, » and to themselves is generally mediated. 

Colloque annuel de la Société Royale du Canada: (Im)migrations, mémoires et identités transnationales

« Ce symposium aura pour objectif d’entrer dans le débat très vif des questions soulevées par les migrations transnationales qui secoue toutes les sociétés contemporaines et transforme notre compréhension des identités nationales aujourd’hui.

Notre approche sera résolument interdisciplinaire et pluri-centrée, même si le symposium ayant lieu à Québec, on aura tendance à privilégier le point du vue québécois pour les aborder. On fera appel autant que possible aux spécialistes de différentes disciplines des sciences humaines et sociales, ainsi que dans la mesure du possible, aux spécialistes en sciences cognitives et neurobiologiques pour aborder les aspects récents des connaissances sur le fonctionnement de la mémoire humaine.

Nous croyons que ce symposium pourra renouveler notre compréhension du fonctionnement des nationalismes canadiens et québécois, et de leurs particularités.

Quand
Le jeudi 20 novembre 2014 de 9h00 à 16h00


Musée de la civilization »

Source : http://rsc-src.ca/fr/colloque-annuel-la-justice-sociale-au-21e-si%C3%A8cle

SYMP14_Schedule_May29