Archives de Tag: je me souviens

Je me souviens ? Les jeunes scolarisés et le passé du Québec

L’article ci-joint (très court) vient de paraître dans la revue en ligne The Conversation:

https://theconversation.com/je-me-souviens-les-jeunes-scolarises-et-le-passe-du-quebec-66063

Il reprend certains constats, mais en les exprimant de manière plus directe et peut-être plus provocante, énoncés dans la conclusion du livre que je viens de publier avec Françoise Lantheaume (Le récit du commun. L’histoire nationale racontée par les élèves, Lyon, Presses de l’Université de Lyon, 2016).

Entrevue @ 3600 seondes d’histoire

3600 secondes d'histoire

Cliquer sur l’image pour écouter l’entrevue au sujet du livre « Je me souviens »

The Canadian Historical Review (sous presse)

Je me souviens? de Jocelyn Létourneau / Compte rendu critique dans le Canadian Historical Review

Je me souviens? de Jocelyn Létourneau / Compte rendu critique dans le Canadian Historical Review

Je me souviens? @ Université de Sherbrooke

26 février @ Université de Sherbrooke

Cliquer sur l'image pour rejoindre l'événement Facebook

Cliquer sur l’image pour rejoindre l’événement Facebook

Conférence @USherbrooke le 26 février / La mémoire historique des jeunes Québécois

Comment les jeunes Québécois envisagent-ils le passé du Québec? Quel impact cette vision a-t-elle sur l'avenir? Comment prendre cette mémoire ou conscience historique en compte dans l'enseignement de l'histoire à l'école? Voilà quelques questions qui seront abordées et débattues par Jocelyn Létourneau, de l'Université Laval, ainsi que par Harold Bérubé et Sabrina Moisan, de l'Université de Sherbrooke.

Comment les jeunes Québécois envisagent-ils le passé du Québec? Quel impact cette vision a-t-elle sur l’avenir? Comment prendre cette mémoire ou conscience historique en compte dans l’enseignement de l’histoire à l’école? Voilà quelques questions qui seront abordées et débattues par Jocelyn Létourneau, de l’Université Laval, ainsi que par Harold Bérubé et Sabrina Moisan, de l’Université de Sherbrooke.

Dans la revue de l’Association nationale des éditeurs de livres (septembre 2014)

« À contre-courant des idées reçues, le chercheur avançe qu’en plus d’être intéressés et de posséder une vision de l’histoire du Québec, ils ont des choses à en dire! »