Archives de Tag: Mémoire

@ Québec ce samedi au Morrin Center

Rencontres ambiguës. relations entre anglophones et francophones au Québec.

9 h – 10 h30 LES CONSTRUCTIONS DE LA MÉMOIRE ET DE L’HISTOIRE DES RELATIONS ENTRE ANGLOPHONES ET FRANCOPHONES / MEMORIAL AND HISTORICAL CONSTRUCTIONS OF ANGLOPHONE-FRANCOPHONE RELATIONS

Sur Facebook : Rencontres ambiguës: relations entre anglophones et francophones au Québec

Table ronde ce dimanche à 16 h 30 au Salon du livre de Montréal ‪#‎slmtl‬

Causerie de Jocelyn Létourneau avec Marie-Andrée Lamontagne sur la scène TD Confort, dimanche 16h30

SÉANCES DE SIGNATURES
dimanche 13h – 14h / 17h – 18h

Dans La Presse cette semaine à propos de la table ronde:

Les jeunes et l’histoire

Directeur de la Chaire de recherche du Canada en histoire du Québec contemporain de l’Université Laval, Jocelyn Létourneau expliquera les mécanismes de la vaste enquête qu’il a menée auprès de centaines de jeunes qui, avant 2007, avaient suivi le cours Histoire du Québec et du Canada donné en 4e secondaire. Dans la controverse et la confusion, ce cours a été remplacé depuis par le cours Histoire et éducation à la citoyenneté.

M. Létourneau a publié, chez Fides, les résultats de cette enquête (voir tonhistoireduquebec.ca) dans un ouvrage intitulé Je me souviens? Le passé du Québec dans la conscience de sa jeunesse.

Pour l’auteur de Que veulent vraiment les Québécois? (Boréal, 2006), la conscience historique est «l’idée générale qu’une personne se fait de ce qui a eu lieu» et il semble que l’idée générale que se fait la jeunesse d’ici de l’histoire du Québec soit plutôt «malheureuse». Alignée, selon lui, sur le récit du nationalisme traditionnel présentant un Québec conquis et en mode perpétuel de survie face à l’Anglais assimilateur.

Les jeunes, qui «savent sans connaître», n’en sont pas détachés de l’histoire pour autant. «Ils ont une vision forte de ce qui fut à défaut d’avoir une connaissance pleine de ce qui a été», écrit Jocelyn Létourneau qui préconise dans l’enseignement de l’histoire la présentation de «perspectives plurivoques sur le passé».

Source.

Publications à paraître ou sous presse / Conférences à venir (2014-2015)

Dans le C.V. à jour :

Ouvrage collectif

Quand les élèves racontent l’histoire nationale en France et ailleurs, sous la dir. de Françoise Lantheaume et Jocelyn Létourneau, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015. À paraître.

Contributions à des ouvrages collectifs

“La renationalisation de l’histoire québécoise. Récit d’une OPH (Opération Publique d’Histoire) de son initiation à sa dislocation”, dans Guy Zélis, dir., L’histoire publique. Enjeux, pratiques, impacts, Louvain-la-Neuve. À paraître.

Le passé dans l’esprit des élèves. Pour une pragmatique de l’enseignement de l’histoire”, dans Charles Heimberg, Bruno Védrines et Jérôme David, dir., Les mises en récit du passé. L’histoire à l’école, au musée, dans la littérature, Lausanne, Antipodes, 2014. À paraître.

Articles dans des revues savantes

Les mots de la nation. Au coeur du vocabulaire de base des Américains, Français, Anglais, Écossais, Gallois, Canadiens et Québécois lorsqu’ils parlent du passé de leur pays”. Soumis pour publication.

Le mur des représentations. Images emblématiques et inconfortables du passé québécois”. Soumis pour publication.

Autres articles

“Enseignement de l’histoire du Québec. Que faire ?”, Enjeux de l’univers social [Revue de l’AQEUS], à paraître, automne 2014.

Communications orales

“Take Youth Out of Mythistories: A Pragmatic Approach to Historical Education in Canada”, colloque “Dialogue Across Chasms : History and History Education in Canada”, Trent University, mai 2015.

Colloque “Remaking Confederation, Re-Imagining Canada”, Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard, novembre 2014.

Récit d’histoire et intégration nationale : le cas du Québec”, colloque “(Im)migrations, mémoires et identités transnationales”, Société royale du Canada, Québec, 20 novembre 2014.

Conscience politique et conscience historique chez les jeunes Québécois”, colloque de l’American Council for Quebec Studies, Montréal, octobre 2014.

Quelle histoire du Québec enseigner à l’école secondaire ?”, congrès de l’Institut d’histoire de l’Amérique française, Québec, octobre 2014.

Start from Memory to Get Over It. A Pragmatic Approach to Teaching History To Kids”, colloque “School vs Memory”, Prague, octobre 2014.

“Contemporary representations of the Past”, colloque “The Canadian History at the Crossroads”, Université d’Ottawa, septembre 2014.

Conférences publiques

“Les jeunes et l’histoire”, Collège Brébeuf, Montréal, février 2015.

“Postnationalisme et identité historique des nations à l’ère de la mondialisation”, Séminaire UNESCO, UQAM, Montréal, février 2015.

Table ronde / La commémoration: outil de mémoire ou instrument politique?»

Table ronde «La commémoration: outil de mémoire ou instrument politique?» from Association Artefact on Vimeo.

Colloque annuel de la Société Royale du Canada: (Im)migrations, mémoires et identités transnationales

« Ce symposium aura pour objectif d’entrer dans le débat très vif des questions soulevées par les migrations transnationales qui secoue toutes les sociétés contemporaines et transforme notre compréhension des identités nationales aujourd’hui.

Notre approche sera résolument interdisciplinaire et pluri-centrée, même si le symposium ayant lieu à Québec, on aura tendance à privilégier le point du vue québécois pour les aborder. On fera appel autant que possible aux spécialistes de différentes disciplines des sciences humaines et sociales, ainsi que dans la mesure du possible, aux spécialistes en sciences cognitives et neurobiologiques pour aborder les aspects récents des connaissances sur le fonctionnement de la mémoire humaine.

Nous croyons que ce symposium pourra renouveler notre compréhension du fonctionnement des nationalismes canadiens et québécois, et de leurs particularités.

Quand
Le jeudi 20 novembre 2014 de 9h00 à 16h00


Musée de la civilization »

Source : http://rsc-src.ca/fr/colloque-annuel-la-justice-sociale-au-21e-si%C3%A8cle

SYMP14_Schedule_May29

Participation au colloque international « Quand les élèves racontent l’histoire nationale, questions à l’enseignement », Lyon, 19 et 20 mai 2014.

« Après trois ans de travail de collecte de récits chez des élèves de 6ème, de Seconde, de lycée généraux, technologiques, et professionnels  ; dans différentes académies de métropole et d’Outre-mer, au Québec,  en Catalogne, en Allemagne et en Suisse  (6000 récits) ; après deux années de dépouillement, codages et analyses,  les résultats de la grande enquête lancée par l’Université Lyon2 et l’IFE-ENS seront rendus publics à l’occasion d’un grand colloque dont vous trouverez le programme ci-dessous :

QUAND LES ÉLÈVES RACONTENT L’HISTOIRE NATIONALE,  QUESTIONS À L’ENSEIGNEMENT

 Demande d’inscription

 Dates : 19 et 20 mai 2014

 Lieu : Ifé-ENS Lyon

 Colloque international organisé par le laboratoire Éducation, Cultures, Politiques (ECP) (Lyon 2, Ifé-ENS de Lyon, UJM Saint-Etienne) en partenariat avec l’Institut français de l’Éducation (Ifé-ENS de Lyon), les universités de Barcelone, de Bourgogne, de Corse, de Genève, de Laval à Québec, de la Réunion. »

19 mai 2014 – 09h30-12h30

Jocelyn Létourneau, université Laval, Québec

« De la conscience historique des jeunes Québécois : enseignements d’une recherche pionnière »

Pour la suite, cliquer sur l’image suivante.

létourneau colloque lyon

Transmettre la culture comme mémoire et identité : au cœur du débat sur l’éducation historique des jeunes québécois

revue française de pédagogie jocelyn létourneau

Jocelyn Létourneau, « Transmettre la culture comme mémoire et identité : au cœur du débat sur l’éducation historique des jeunes québécois », Revue française de pédagogie [en ligne], 165, (octobre-décembre 2008), http://rfp.revues.org/1069 (consulté le 10 décembre 2013).

Les dernières années ont été marquées au Québec par un âpre débat sur l’orientation à donner à l’éducation historique des jeunes. On a beaucoup décrié la volonté du ministère de l’Éducation de transformer le cours d’histoire nationale en un cours d’histoire et d’éducation à la citoyenneté. Il faut comprendre pourquoi : changer d’histoire, c’est en effet interroger, voire rouvrir, la mémoire et l’identité. On est ici au cœur du politique. L’article vise à faire état des enjeux sociétaux traversant la réforme actuelle du curriculum d’histoire au Québec.

Pour lire la suite : http://rfp.revues.org/1069?lang=en#quotation